frais de port offerts en 🇫🇷 métropolitaine

Que dit véritablement la science sur l’aluminium dans le thé matcha ?

L’aluminium (Al) est le métal le plus abondant dans la croûte terrestre. Élément très réactif, il n'est jamais trouvé comme métal libre dans la nature. On le trouve combiné avec d'autres éléments, le plus souvent avec l’oxygène (O), le silicium (Si) et le fluor (F). Ces composés chimiques sont généralement trouvés dans le sol, les minéraux, les roches et les argiles.

En tant que métal, il est obtenu à partir de minéraux contenant de l’aluminium, principalement la bauxite. Le métal en aluminium est léger et d'apparence blanc argenté.

Présent naturellement dans le sol, l'eau et l’air, on remarque que des niveaux élevés dans l'environnement peuvent être causés par l'extraction et le traitement des minerais d'aluminium ou la production d'aluminium métallique, d'alliages et de composés.

Ainsi, de petites quantités d'aluminium sont rejetées dans l'environnement par les centrales électriques au charbon et les incinérateurs, et les effets sur la nature tout entière et les humains ne sont pas sans conséquence.

Dans l’alimentation, les aliments non transformés comme les fruits frais, les légumes, les plantes (théier, etc.) et la viande contiennent généralement très peu ou modérément de l’aluminium. Globalement, la plupart des traces d'aluminium dans les aliments, l'eau et les médicaments sont évacués du corps rapidement dans les matières fécales (excréments), et une grande partie de ce qui pénètre dans la circulation sanguine quittera rapidement l’organisme par le réflexe de miction (dans l'urine).

Cependant, en plus d’être utilisé pour la fabrication de certains emballages alimentaires et les articles de cuisine (casseroles, poêles, etc.), des composés d'aluminium peuvent être ajoutés volontairement ou non, en quantité plus ou moins importante, pendant la transformation des aliments — tels que dans les farines, les levures, les colorants, les agents anti-agglomérants, ou dans des boissons à base de plantes telles que le thé et ou le café.

Quels sont les effets de l’aluminium sur la santé ?

Quels sont les effets de l’aluminium sur la santé ?

Selon l’Anses, « chez l’Homme, les principales voies d’exposition chronique à l’aluminium sont les voies orale (alimentation, eau, médicaments à prise orale), cutanée (cosmétique et anti-transpirants) et respiratoire (inhalation de poussières). En ce qui concerne la voie orale, la population générale est essentiellement exposée à l’aluminium par les aliments, les apports par l’eau contribuant à moins de 5% des apports totaux. »

De la sorte, une très légère quantité d'aluminium que nous respirons pénètre dans le corps par les poumons. Une très petite quantité d'aluminium dans les aliments ou l'eau pénètre dans l’organisme par le tube digestif. Une très faible quantité d'aluminium par le biais de médicaments à forte teneur en aluminium, comme les antiacides (produits à base de sels d'aluminium et de magnésium) sera absorbé ; et une très petite quantité peut pénétrer à travers la peau lorsque l’on entre en contact avec de l’aluminium.

D’après une synthèse de l’association Santé Environnement France (ASEF), « la toxicité de l’aluminium dépend de la quantité ingérée mais également de la forme chimique sous laquelle il est absorbé. Les différentes formes de l’aluminium dépendent de l’acidité du milieu. Or, l’aluminium est plus nocif sous sa forme soluble, c’est-à-dire lorsque le milieu est acide. Plus concrètement, si on ajoute du jus de citron dans l’eau, l’absorption de l’aluminium augmentera considérablement, ainsi que sa toxicité ».

Ainsi, l’aluminium fait partie des principaux métaux lourds que nous ingérons, comme le plomb, l’arsenic, le cadmium, le chrome, le cuivre, ou le mercure. Les conséquences sur la santé de l’accumulation des métaux lourds comme l’aluminium dans l’organisme soulèvent de nombreuses questions. Comme le montre la recherche actuelle, les méfaits des taux élevés d’aluminium seraient notamment en lien avec l’apparition de certaines maladies neurodégénératives.

En effet, une étude, publiée en février 2020 dans la revue scientifique Journal of Alzheimer's Disease réaffirme et confirme l’association sans doute unique entre une teneur élevée en aluminium dans le cerveau et l’amyloïde-β, et « permet de postuler que les prédispositions génétiques définissant la maladie d'Alzheimer sous-tendent cette relation ». Notons à ce sujet, qu’il est connu que les polyphénols du thé (EGCG,….) peuvent induire l'expression de différentes enzymes antioxydantes et entraver les dommages oxydatifs de l'ADN.

De plus en plus de preuves scientifiques suggèrent que le thé vert peut également être utilisé comme agent potentiel pour aider à soigner les maladies neurodégénératives, y compris la maladie d’Alzheimer. Les bienfaits seraient en partie dus grâce à l’EGCG (épigallocatéchine gallate), une catéchine (famille des flavonoïdes) abondante dans le thé, et en particulier dans le thé vert et la poudre de thé vert matcha.

Alimentation et aluminium

Alimentation et aluminium

De petites quantités d'aluminium sont présentes dans la presque totalité des aliments à des degrés plus ou moins élevés. En fait, l’aluminium est naturellement présent dans la plupart des aliments, y compris les fruits, les légumes, la viande, le poisson, les céréales et les produits laitiers.

Certains aliments, tels que les feuilles de théier ou Camellia sinensis (nom scientifique des arbustes de la famille des Théacées), les champignons, les épinards et les radis, sont également plus susceptibles d'absorber et d'accumuler de l'aluminium que d'autres aliments, comme le souligne un rapport officiel de l’European Food Safety Authority publié en 2008.

De plus, une partie de l'aluminium que nous consommons provient d'additifs alimentaires transformés, tels que les conservateurs, les colorants, les anti-agglomérants et les épaississants.

Notez que les aliments produits dans le commerce contenant des additifs alimentaires peuvent contenir plus d'aluminium que les aliments cuits à la maison. Limiter ou supprimer totalement les aliments ultra-transformés dans un régime alimentaire équilibré est donc un moyen de réduire l’exposition aux métaux lourds - et aussi de diminuer les risques de cancer comme le révèle un communiqué de presse publié en 2018 par l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

La quantité réelle d'aluminium présente dans les aliments que nous mangeons dépend en grande partie de 4 facteurs :

  • l’absorption : la facilité avec laquelle un aliment absorbe et retient l’aluminium ;
  • le sol : la teneur en aluminium du sol dans lequel la nourriture a été cultivée ;
  • l’emballage : si l'aliment a été emballé et stocké dans un emballage en aluminium ;
  • les additifs : si l'aliment a eu certains additifs ajoutés pendant le traitement.

Quoi qu'il en soit, la teneur en aluminium des aliments et de la plupart des médicaments n’est pas considérée comme un problème (hormis les sels d’aluminium), car seule une infime quantité d'aluminium que nous ingérons est effectivement absorbée. Le reste est rejeté dans les excréments. De plus, chez les personnes en bonne santé, l'aluminium absorbé est ensuite excrété dans les urines.

En règle générale, l'exposition orale à l'aluminium n'est généralement pas nocive. Bien que les produits oraux en vente libre contenant de l'aluminium soient considérés comme sûrs chez les personnes en bonne santé aux doses recommandées, certains effets indésirables ont été observés après une utilisation à long terme chez certaines personnes.

Présence d’aluminium dans le thé vert matcha ?

Présence d’aluminium dans le thé vert, le thé vert matcha, le thé noir, et le thé blanc ?

Le thé (Camellia sinensis) est l'une des rares plantes à accumuler de l'aluminium (Al), faisant du thé l’une des sources majeures d'apport alimentaire en aluminium.

Ainsi, depuis plusieurs années, des études scientifiques passent en revue les recherches sur les concentrations, la spéciation et la biodisponibilité de l'aluminium dans le thé.

Il a été constaté qu’à de très rares exceptions près, la concentration totale d'aluminium dans les infusions de thé est comprise entre 1 et 6 mg. Probablement plus de 90% de cet aluminium est lié à la matière organique, mais la nature de l'espèce organique n'est pas claire.

La quantité relative des différentes espèces organiques d'aluminium dans les infusions de thé n'est pas claire, et même l'identité de l'une d'entre elles n'a pas été démontrée avec certitude. Une exception possible est le trioxalate d’aluminium, qui peut être une espèce importante.

Il semble assez bien établi que boire du thé entraîne des augmentations mesurables mais modérées de l'excrétion urinaire d’aluminium. Cependant, la biodisponibilité de l’aluminium présent dans le thé ne semble pas être beaucoup plus importante que celle d'autres sources alimentaires.

Même ainsi, on ne peut pas rejeter le fait que les infusions de thé (thé vert, thé noir, thé blanc et matcha) peuvent contenir des composés particulièrement « biodisponibles » et neurotoxiques tels que le maltolate d’aluminium, mais cela est actuellement spéculatif.

Des recherches montrent aussi que la teneur totale en métaux des feuilles de thé diffère selon le type de thé (vert ou noir) et est probablement influencée par de nombreux facteurs, par exemple les propriétés physiques et chimiques du sol.

L'augmentation du temps d'extraction n'a montré aucun effet sur la spéciation de l'aluminium, ni l'ajout de sucre. Après l'ajout de jus de citron, la spéciation a changé dans un échantillon de thé noir et de thé vert. Les résultats suggèrent que le jus de citron en tant qu'additif peut influencer de manière significative la spéciation d'aluminium dans les infusions de thé.

Dans une étude publiée en 2008 dans la revue Food and Chemical Toxicology, des chercheurs ont tenté d'estimer la biodisponibilité orale de l'aluminium à partir d'une infusion de thé. La biodisponibilité du thé était en moyenne de 0,37%, ce qui n’est pas significativement différent de l'eau (0,3%), ou du phosphate de sodium et d'aluminium basique (SALP) dans le fromage (0,1 à 0,3%), mais supérieur à celui des biscuits (0,1%).

Enfin, l’exposition alimentaire aux oligo-éléments est évaluée régulièrement, ainsi que les données de consommation individuelle pour estimer l'exposition alimentaire des adultes et des enfants.

D’ailleurs, un rapport publié en 2012 dans la revue Food and Chemical Toxicology montre qu’en France l'exposition est plus élevée pour le cadmium, l'aluminium, l'antimoine, le nickel, le cobalt et plus faible pour le plomb, le mercure et l'arsenic.

Pour l'aluminium, le méthylmercure, le cadmium, le plomb et l'arsenic inorganique, le risque ne peut être exclu pour certains groupes de consommateurs. Afin de minimiser les risques nutritionnels et chimiques, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) réitère sa recommandation pour une alimentation diversifiée (produits alimentaires et origines).

« L’EFSA (Food Safety Authority of Ireland) a également retenu une Dose Hebdomadaire Tolérable Provisoire (DHTP) de 1 mg/kg pc/semaine (diminution par 7 de la précédente DHTP) en 2008. Le JECFA (Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives), en 2011, a revu à la hausse la valeur précédemment établie en 2006, en fixant la DHTP à 2 mg/kg pc/semaine. Cette DHTP s’applique à tous les composés d’aluminium présents dans les aliments. »

A propos d'une étude polémique sur le matcha

A propos d'une étude polémique sur le matcha

En juillet 2019, la publication d'une étude sur le taux d'aluminium présent dans le matcha ont soulevé beaucoup de questions et de demandes de la part de la communauté Kumiko Matcha, et dans le réseau des aficionados de cette poudre de thé vert japonais. Comme à l'accoutumée, Kumiko Matcha est soucieux d'être le plus transparent possible aux yeux de tous les passionnés de thé vert matcha, et d'apporter le maximum d'éclairage sur l'actualité concernant cette délicieuse boisson.

Depuis le début de l'aventure Kumiko Matcha, Valentin, son fondateur et penseur, n'a de cesse de mettre au grand jour la diversité des productions de matcha de qualité, qui sont disponibles auprès d'un nombre grandissant de fermiers-artisans japonais.

La relation solide et sincère qui s'est établi au fil des ans avec ces agriculteurs de thé bio et naturel est une relation unique en son genre et richement humaine. C'est ce qu'il est possible de ressentir au travers de leurs produits du terroir, à découvrir en photos et vidéo, et bien sûr chez vous et entre amis.

Cette relation étroite et professionnelle permet d'apporter à ce jour le maximum d'informations sur le processus d'élaboration. Que ce soit sur l'histoire, l'origine et la composition de chaque grand cru de matcha disponibles chez Kumiko Matcha. C'est d'ailleurs la même philosophe qui abrite et soutient l'ensemble des ustensiles et objets d'artisanat d'art (poterie, fouet en bambou, etc.) proposés par Kumiko Matcha.

En effet, en plus de transmettre la passion pour l'univers du matcha japonais, en provenance de terroirs atypiques et rares, Kumiko Matcha met en œuvre tout ce qui est nécessaire et réglementaire pour que votre matcha bio soit unique et respecte les promesses tenues.

Outre le respect sans bornes des réglementations liées à la production de thé en agriculture bio par nos fermiers-artisans partenaires, Kumiko Matcha contrôle et fait tester régulièrement par des laboratoires indépendants la qualité de l'ensemble des matcha disponibles dans la Collection. Ceci permet notamment de connaître précisément les différents composés chimiques de chaque matcha, et de les déguster en pleine conscience, sans autre risque que de se faire plaisir.

Pour en revenir à cette étude allemande, il s'agit d'un rapport scientifique sur une étude à petite échelle, publiée en juillet 2019 par l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques, le Bundesinstitut für Risikobewertung (BfR).

Le matcha étant devenu un produit de consommation alimentaire et pour les cosmétiques très populaire, il bénéficie de nombreuses allégations santé, parfois sans assez de preuves pour en tirer des conclusions hâtives. Il est donc normal que cette poudre de thé vert en vogue fasse l'objet d'études régulières pour confirmer ou infirmer ces allégations. Cette évaluation est donc dans la tendance, puisqu'elle essaye de répondre aux exigences des normes en vigueur notamment dans le secteur des alicaments (ou super aliments) et aux attentes des consommateurs.

Le but du BfR était d'analyser des échantillons de matcha sélectionnés par leurs soins. Cependant, ces échantillons de matcha ne représentent pas la qualité intrinsèque de tous les matcha disponibles sur le marché actuel.

Bien que cette évaluation soit une démarche justifiée, elle ne représente que la photo d'un instant t, sur un très petit nombre d'échantillons de matcha. En effet, seuls 3 échantillons de matcha (d'origine et de marque non précisée) ne représentent pas la réalité, et encore moins celle de la qualité du matcha proposé chez Kumiko Matcha.

Le BfR a examiné le risque pour la santé des consommateurs qui consomment régulièrement du thé matcha. L'objectif était de définir les niveaux d'aluminium présents dans le matcha pour évaluer les risques pour la santé liés à une exposition via le matcha. L'évaluation toxicologique a été mené sur 3 échantillons de thé matcha dont les résultats montrent des niveaux élevés d'aluminium.

Les trois échantillons de thé matcha testés par l'Institut ont révélé que les niveaux d'aluminium étaient respectivement de 1743, 1775 et 2350 milligrammes (mg) par kilogramme (kg) dépassant largement la recommandation quotidienne de l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) de 1 mg par kg de poids corporel.

En confrontant l'analyse de l'étude et la dernière analyse réalisée par le laboratoire GBA Gesellschaft für Bioanalytik mbH (Hamburg) en mars 2020 sur les matcha Kumiko Matcha (premium bio, ultra-premium bio, hyperpremium bio), on constate clairement que les taux de Kumiko Matcha sont jusqu'à trois fois moins élevés que ceux de l'étude.

 

Résultats d'analyse

Matcha de l'étude du BfR

 

Résultats d'analyse

Matcha de Kumiko Matcha

Échantillon 1

1743 mg/kg

soit 1,743 mg/g

Matcha premium bio

620 mg/kg

soit 0,62 mg/g

Échantillon 2

1775 mg/kg

soit 1,775 mg/g

Matcha ultra-premium bio

499 mg/kg

soit 0,499 mg/g

Échantillon 3

2350 mg/kg

soit 2,350 mg/g

Matcha hyperpremium bio

544 mg/kg

soit 0,544 mg/g

*mg/kg : milligrammes (mg) par kilogramme (kg) ; *mg/g : milligrammes (mg) par gramme (g)

Un rapport qui a soulevé de nombreuses questions

Cette étude a soulevé de nombreuses questions et a aussi mis au grand jour la difficulté de décrypter les résultats d'une étude pour une majorité de personnes. Notamment, beaucoup de personnes ont fait un amalgame entre la teneur en aluminium au kilogramme et au gramme. On comprend pourquoi le traitement statistique des données est un des points les plus sensibles de la science moderne.

Sans dénoncer la méthodologie, quelle est la validité de cette étude scientifique ? D'où provenaient les échantillons ? Est-ce que c'était du matcha bio ? Comment a-t-il été conservé et manipulé ? Comment dénoncer la présence d'un taux élevé d'aluminium dans un produit en analysant uniquement 3 échantillons sur des centaines de produits existants ?

Autant de questions parfois sans réponses, qui ne permettent pas de prendre les résultats de ce rapport au pied de la lettre pour en faire une généralité.

L'évaluation a beau être basée sur des résultats mesurés qui ont montré des niveaux d'aluminium, le rapport ne fournit pas ici de données suffisantes pour considérer que tous les matcha sont à ce même niveau.

Généralement, avant de tirer une sonnette d'alarme, notons que les scientifiques se gardent bien de faire du tapage médiatique, sans avoir réalisé au préalable des études de grande envergure, et des méta-analyses objectives, afin de garantir au maximum la véracité d'une conclusion.

Rappelons que la science n'est pas un processus froidement neutre. La science, c'est avant tout une activité humaine, d'hommes et de femmes, avec leur force mais aussi leurs faiblesses.

En réalité, il n'existe actuellement aucune donnée distincte sur la consommation de thé matcha ou de thé en poudre pour un type de population qui permettrait de dire que tous les thés matcha contiennent des taux d'aluminium élevés.

Ainsi, ce rapport n'est qu'une estimation et une supposition au sujet de l'apport à long terme d'aluminium via le thé matcha. Il ne reflète pas la réalité du matcha disponible chez la majorité des artisans entrepreneurs respectueux comme Kumiko Matcha.

De la sorte, un examen plus approfondi des preuves de causalité et de pertinence clinique est la seule voie possible pour obtenir de meilleures données.  

 

Kumiko Matcha surveille régulièrement les quantités de métaux lourds dans tous ses produits et est toujours dans les limites basses des lois en vigueur en matière de sécurité alimentaire.

 

Comment garantir la qualité du thé matcha que vous consommez ?

L'analyse des différents résultats d’études scientifiques sur une multitude d'infusions comme le thé (matcha, thé vert, thé noir, thé blanc) montre que le facteur de localisation influence le contenu des métaux lourds.

L’origine géographique (terroir) du cultivar de chaque thé qui est consommé est un point crucial dans la teneur en aluminium, puisque les sols sont différents selon les pays et les régions.

A ce facteur majeur, il est important de souligner que les thés issus de l’agriculture biologique permettent de diviser considérablement les chances de boire un thé contenant un taux élevé d’aluminium.

De ce fait, lorsqu’une personne souhaite consommer un thé de qualité, il peut être intéressant de se renseigner sur la teneur en aluminium - soit en lisant les informations détaillées disponibles ou en questionnant les fabricants ou fournisseurs de thé.

Ainsi, dans l’objectif de mettre en valeur le travail de qualité des artisans fermiers japonais qui collaborent spécifiquement avec Kumiko Matcha, et d’être au plus proche des attentes de chacun sur les effets du thé vert matcha sur la santé, Kumiko Matcha propose une quantité d’informations étayées, précises, et délivrée par des organismes et laboratoires indépendants et compétents.

De la sorte, chaque matcha (matcha premium bio, ultra-premium bio, hyperpremium bio) bénéficie d’un descriptif détaillé et clair, et d’un certificat d’analyse pour permettre à toutes et tous d’acheter un matcha bio du Japon en toute confiance.

Pour mémoire, les derniers résultats d’analyse obtenus auprès d’un laboratoire allemand, le GBA (Gesellschaft für Bioanalytik mbH), révèlent les teneurs précises de trois thés verts matcha disponibles chez Kumiko Matcha. Les résultats de l’analyse montrent qu’ils respectent les doses admissibles que le corps peut éliminer naturellement.

Teneur en aluminium des thés verts matcha Kumiko Matcha :

En plus des saveurs inimitables d’un matcha de qualité, les bienfaits du matcha prouvés scientifiquement sont nombreux : réguler l’humeur, détendre l’esprit, aider à éliminer les métaux lourds et les toxines chimiques de l’organisme, augmenter la performance physique et l’endurance, etc.

Ainsi, Kumiko Matcha - de concert avec ses artisans-fermiers partenaires - souhaite vous offrir le maximum de conseils pour acheter et apprécier un thé vert matcha bio de qualité.

Jimmy Braun/BlogNutritionSanté - Décembre 2020

Sources

  1. Bauxite https://fr.wikipedia.org/wiki/Bauxite
  2. Aluminum in Coffee. Jakob Windisch, Bernhard K. Keppler, and Franz Jirsa. ACS Omega 2020 5 (25), 15335-15343. DOI: 10.1021/acsomega.0c01410, https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acsomega.0c01410
  3. Exposition à l’aluminium par l’alimentation, https://www.anses.fr/fr/content/exposition-%C3%A0-l%E2%80%99aluminium-par-l%E2%80%99alimentation
  4. Antiacide, https://fr.wikipedia.org/wiki/Antiacide
  5. L’aluminium, ce métal qui nous empoisonne : la synthèse de l’ASEF (Association Santé Environnement France), https://www.asef-asso.fr/production/laluminium-ce-metal-qui-nous-empoisonne-la-synthese-de-lasef/
  6. Mold, Matthew et al. « Aluminum and Amyloid-β in Familial Alzheimer’s Disease ». 1 Jan. 2020, DOI: 10.3233/JAD-191140, Journal: Journal of Alzheimer's Disease, vol. 73, no. 4, pp. 1627-1635, https://content.iospress.com/articles/journal-of-alzheimers-disease/jad191140
  7. Prasanth MI, Sivamaruthi BS, Chaiyasut C, Tencomnao T. A Review of the Role of Green Tea (Camellia sinensis) in Antiphotoaging, Stress Resistance, Neuroprotection, and Autophagy. Nutrients. 2019;11(2):474. Published 2019 Feb 23. doi:10.3390/nu11020474, https://www.mdpi.com/2072-6643/11/2/474
  8. L’EGCG du thé vert pourrait prévenir les crises cardiaques, 2018, https://blognutritionsante.com/2018/06/14/egcg-the-vert-crises-cardiaques/
  9. Les bienfaits des flavonoïdes du thé vert matcha contre le déclin cognitif, , 2020, https://kumikomatcha.fr/blogs/essais-et-videos/bienfaits-flavonoides-matcha-declin-cognitif
  10. Yu, X., Xiao, J., Chen, S. et al. Metabolite signatures of diverse Camellia sinensis tea populations. Nat Commun 11, 5586 (2020). https://doi.org/10.1038/s41467-020-19441-1
  11. Safety of aluminium from dietary intake1 Scientific Opinion of the Panel on Food Additives, Flavourings, Processing Aids and Food Contact Materials (AFC) (Question Nos EFSA-Q-2006-168 and EFSA-Q-2008-254), https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2008.754
  12. Oxalates, http://www.chu-rouen.fr/page/oxalates
  13. Consommation d’aliments ultra-transformés et risque de cancer, INSERM, 2018, https://presse.inserm.fr/consommation-daliments-ultra-transformes-et-risque-de-cancer/30645/
  14. Consumption of ultra-processed foods and cancer risk: results from NutriNet-Santé prospective cohort, BMJ 2018; 360 doi: https://doi.org/10.1136/bmj.k322
  15. Maltolate d’aluminium https://pubchem.ncbi.nlm.nih.gov/compound/Aluminum-maltolate
  16. Total content of aluminum in tea leaves and tea infusions, December 2007, Food Chemistry 104(4):1662-1669, DOI: 10.1016/j.foodchem.2007.03.019, https://www.researchgate.net/publication/223544705_Total_content_of_aluminum_in_tea_leaves_and_tea_infusions
  17. Aluminum bioavailability from tea infusion. Food and Chemical Toxicology. Volume 46, Issue 12, December 2008, Pages 3659-3663, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S027869150800536X?via%3Dihub
  18. Arnich N, Sirot V, Rivière G, Jean J, Noël L, Guérin T, Leblanc JC. Dietary exposure to trace elements and health risk assessment in the 2nd French Total Diet Study. Food and Chemical Toxicology. 2012 Jul;50(7):2432-49. doi: 10.1016/j.fct.2012.04.016. Epub 2012 Apr 20. PMID: 22521625., https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22521625/
  19. Localization of Aluminum in Epidermal Cells of Mature Tea Leaves. Yoichi Haruyama, Tsuguhisa Fujiwara, Keisuke Yasuda, Manabu Saito, Kohtaku Suzuki. Quantum Beam Sci. 2019, 3, 9. https://www.mdpi.com/2412-382X/3/2/9
  20. L’Anses actualise les repères de consommations alimentaires pour la population française, https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80%99anses-actualise-les-rep%C3%A8res-de-consommations-alimentaires-pour-la-population-fran%C3%A7aise
  21. EFSA, Safety of aluminium from dietary intake, EFSA Journal (2008) 754, 1-34., https://www.fsai.ie/faq/aluminium.html
  22. Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives (JECFA), Summary and conclusions of the seventy-fourth meeting, Rome, 14-23 June 2011, JECFA/74/SC., http://www.fao.org/publications/card/fr/c/417d81c0-c377-4f8e-99f8-ab0424ee3bea/
  23. Chacun son régime ! Choisir la diète qui va fonctionner pour vous. Jimmy Braun. Éditions Ideo, Hachette : 6161909, ISBN : 9782824614793, pages 150-151, 2019, http://www.city-editions.com/IDEO/index.php?page=livre&ID_livres=180&ID_auteurs=110
  24. High aluminium levels in some matcha tea samples (Opinion No. 027/2019). DOI 10.17590/20190724-104137. BfR Opinion No. 027 of 25 July 2019, https://mobil.bfr.bund.de/cm/349/high-aluminium-levels-in-some-matcha-tea-samples%20.pdf

← article précédent

vos questions