Chez un producteur de thé matcha conventionnel à Uji

En mai 2019, j'ai eu la chance de visiter un producteur célèbre pour son thé matcha. En effet, son thé a reçu plusieurs prix dans des compétitions, et c'est un grand nom du thé dans la région.

Je l'ai rencontré une année plus tôt, mais j'ai choisi de ne pas proposer son thé à la communauté, car il n'est pas bio ni naturel contrairement aux thés matcha que je te propose. 

Cependant, il m'a annoncé qu'il a commencé sa transition vers la culture biologique, alors j'espère pouvoir vous proposer ses produits d'ici deux ou trois ans. 

Pour l'instant, voici un aperçu de ma visite : 

La paille de riz comme ombrage et fertilisant

clic sur le bouton play pour lancer la vidéo (1min18) - Mai 2019

Je visite d'abord un champ de thé déjà cultivé à mon arrivée. Beaucoup de brins de paille de riz sont étalés sur le sol. Ces brins de paille de riz ont deux usages.

Ils sont d'abord utilisés pour ombrager les plants de thé avant la récolte. Cette étape est essentielle dans la fabrication du thé matcha, car si les feuilles de thé sont trop exposées au soleil elles s'épaississent et ont un goût plus amer.

Après la récolte on fait tomber la paille sur le sol, et elle servira d'engrais naturel pour les plants de thé.

L'utilisation de la paille à la place des couvertures noires habituelles a un coût assez conséquent, mais on dit que la paille de riz change le goût du thé en lui donnant une saveur plus nuancée. 

La récolte du thé à la main

clic sur le bouton play pour lancer la vidéo (5min16) - Mai 2019

En mai, nous sommes en pleine période de récolte. C'est l'effervescence dans les champs de thé, car il faut récolter les feuilles tant qu'elles sont encore tendres et fraîches.  

Je me joins aux femmes de la région qui aident à récolter les plants de thé tous les ans. Elles ont toute déjà un seau avec elles, et recevront un salaire en fonction du poids de feuilles de thé ramassé. 

Les habitants d'Uji récoltent les feuilles de thé

Pour cueillir correctement les feuilles de thé, il suffit de tirer sur les tiges qui portent les nouvelles feuilles. C'est facile de les distinguer des feuilles plus anciennes, car elles sont tendres et vert clair.

On ne cueille pas la tige mère, ni les feuilles plus anciennes, qui sont trop épaisses et donneraient un goût amer au thé. 

Inutile de séparer les feuilles des tiges pour l'instant. Ces dernières seront ensuite utilisées pour faire du kukicha (茎茶), mélange de thé vert japonais et de tiges. 

Le thé cultivé ici est du samidori (さみどり), l'un des quatre thés les plus cultivés dans la région de Uji, avec le asahi (あさひ), le ujihikari (うじひかり) et le tenmyô (展茗). 

La particularité du samidori est qu'il est extrêmement facile à cueillir à la main (il suffit de tirer légèrement sur les tiges pour qu'elles se détachent), et qu'il est très parfumé

Dernière étape : la transformation des feuilles de thé

clic sur le bouton play pour lancer la vidéo (10min05) - Mai 2019

Dernière étape de ma visite : l'usine. Je profite de mon passage pour te montrer les étapes de la fabrication du tencha (碾茶)

Voici toutes les étapes nécessaires à la fabrication du tencha :

  • étuvage : on passe les feuilles à la vapeur pour arrêter leur oxydation
  • séchage préliminaire : de l'air chaud sèche les feuilles, qui volent comme des papillons dans une cage 
  • séchage :  les feuilles circulent dans un four chauffé à 100 °C
  • séparation des feuilles et des tiges

Valentin en action

J'ai beaucoup aimé ma visite. Tu peux comparer son processus de fabrication avec ceux de nos autres fermiers-partenaires, Nishi-san et Takeshi-san

Merci d'avoir lu cet article !

Dis-moi si je peux t'aider ou si tu as une question - je prendrais soin de toi.

- Val de Kumiko Matcha

← article précédent article suivant →

vos questions